Devenir maman… tout ce qu’on ne nous dit pas

A partir du moment où vous tombez enceinte et que vous l’annoncez à votre entourage, c’est le début de la fin…

Les gens commencent à vous bombarder de conseils, d’avis ou même pire, de jugements. C’est super angoissant. Vous en arrivez même à vous demander dans quel guêpier vous vous êtes fourrée : « Tu ne dormiras plus », « Roolalaaah les vergetures que tu vas avoir », « Ton ventre ne sera plus jamais pareil », « Tes seins vont pendre, surtout n’allaite pas », « Tu n’arriveras pas à te débarrasser des kilos de grossesse », « Ouf, tu continues le sport? Moi j’arrêterais à ta place »… j’en passe et des meilleures.

Et ce n’est que le commencement du chemin de croix car une fois que votre petite merveille est arrivée, tout le monde y va de son commentaire sur vos faits et gestes.

Mais s’il y a bien une chose que j’ai apprise depuis que j’ai posé la cape de Super maman sur mes épaules, c’est que personne, je dis bien PERSONNE, ne sait mieux que vous ce que vous devez faire pour votre bébé.

Je n’ai jamais été très sûre de moi dans la vie. Il suffit d’une remarque négative ou d’une parole médisante pour que je remette tout en question. Et bien depuis que je suis maman, envolé le manque d’assurance! Les vilaines paroles rentrent par une oreille et ressortent par l’autre (mon père serait enchanté de savoir que l’adage qu’il m’inculque depuis toute petite fonctionne enfin).

Alors, aux futures mamans et toutes jeunes mamans qui sont prises de panique face aux lance-pierres de leurs congénères, je sors mon bouclier et je vous livre tout ce que je peux vous dire de positif sur le fait de devenir maman.

elastigirl-personnage-les-indestructibles-01

– la première fois que vous voyez votre bébé, un tourbillon de joie, de bonheur et d’émotions intenses vous soulève, vous emportant sur un petit nuage dont pour ma part, je ne suis toujours pas redescendue ;

– les vergetures, les cicatrices de césarienne, les seins qui pendent, le poids pris pendant la grossesse,… tout cela devient secondaire. Lorsque vous devenez maman, c’est votre bébé qui prime, vous ne vous souciez plus de votre propre personne parce que vous n’avez pas vraiment de temps à perdre à ça et surtout, tout ce qui compte, c’est le bien être de votre bébé. D’ailleurs, avec le recul, on en fait une montagne de ces reliques de grossesse. Pour ma part, mon corps n’a pas trop souffert. C’est clair que mon ventre n’est plus aussi dur,  que j’ai les fesses qui pendent (oui Mister T, je sais, je dois faire des squats) et que j’ai une grosse cicatrice suite à ma césarienne. Mais chaque fois que je la vois le matin en me lavant, je pense à ma fille et je me dis que j’ai une chance énorme de l’avoir ;

– vous deviendrez moins critique lorsque vous admirerez votre reflet dans le miroir. Vous serez même plutôt fière de votre corps et de tout ce qu’il a accompli pour que vous puissiez profiter de ce petit être si mignon ;

– l’allaitement, c’est génial. Il permet de créer un lien indescriptible entre vous et votre enfant (je reviendrai sur le sujet de l’allaitement dans un post ultérieur). Contrairement à ce qu’on m’avait dit, je n’ai jamais eu mal et je n’ai jamais fait ça à contrecœur. Je peux vous dire que quand votre bébé vient de lui-même pour la première fois s’accrocher à votre sein, vous ne vous posez même plus la question de savoir si vous voulez allaiter ou si vos seins vont tomber (au pire les filles, il y a la chirurgie esthétique). La magie s’opère naturellement ;

– oui vous allez être crevée, je dirais même qu’il y a des jours où l’on vit carrément à côté de son corps, en mode zombie! Mais lorsque votre bébé prend votre doigt, se blottit contre vous ou même vous sourit, vous êtes à nouveau prête à courir un marathon ;

– vous allez découvrir qu’il existe une force insoupçonnée en vous, capable de déplacer des montagnes pour protéger votre bébé et trouver des solutions lorsque que quelque chose ne va pas. Par exemple, quand vous savez qu’il pleure de mal, quand bien même la pédiatre vous prend pour une mère hystérique qui téléphone au moindre pleur de son bébé, si dans votre for intérieur, vous avez la conviction que quelque chose ne va pas, tenez bon et continuer à chercher une solution, on a bien souvent raison ;

– les nuits seront courtes et hachées au début. Mais à partir du moment où les nuits se feront plus longues, vous vous réveillerez pour voir si tout va bien et vous ressentirez tout à coup une furieuse envie de prendre votre bébé dans vos bras tellement il vous manque (oui je sais qu’il est juste là mais quand même, vous aurez envie de respirer son odeur enivrante);

– vous aimerez encore plus votre conjoint lorsque vous verrez sa capacité à sortir les crocs face aux personnes qui se permettent de vous critiquer ou qui n’aident pas votre enfant quand il le faut ;

– une énergie nouvelle vous habitera. Malgré la fatigue, vous serez capable de refaire le monde. Vous déborderez d’idées et de nouveaux projets, même s’il faut bien avouer que le temps manquera un peu au début en tous cas pour mettre toutes ces supers idées en pratique ;

– votre bébé deviendra votre priorité absolue. Vous ne sortirez plus beaucoup, vous ne verrez plus autant vos amies mais ce n’est pas grave et c’est normal. De toute façon, si vos amies ont des enfants ou si ce sont des vraies amies, elles ne vous en voudront pas car elles seront passées par là elles aussi. Par la suite, avec celles qui restent envers et contre tout vos amies, vous partagerez peut-être moins de moments ensemble, mais ils en seront d’autant plus précieux et mémorables (je remercie au passage mon inconditionnelle L. pour tous les bons moments partagés à 2, 4 et 6. On se multiplie par deux et les fous rires aussi!) ;

– vous n’irez peut-être plus du tout très souvent au resto en amoureux mais quand votre bébé s’endormira tôt et que vous vous retrouverez à deux, il n’y aura rien de mieux que de se blottir l’un contre l’autre dans le canapé et regarder un mauvais bon film avec un gros pot de Ben&Jerry Cookie Dough (je salive rien que d’y penser) ;

– les lessives, le repassage et le nettoyage ne seront plus des corvées aussi lourdes qu’avant car vous vous direz que vous le faites pour votre enfant. Il ne peut pas courir les fesses à l’air, ou habillé de vêtements tout froissés dans une maison remplie de poils de chien ;

– après le rush des débuts et quand votre enfant commencera à manger des purées et des panades, vous lui mitonnerez de nombreux petits plats maison avec une grosse pincée d’amour et un zeste de transpiration (car oui, il faut avouer que quand on est maman et qu’on travaille, il faut préparer les repas de la semaine à l’avance et c’est une sacrée course contre la montre!) ;

– quand vous recommencerez à travailler (malheureusement ce jour finit toujours par arriver), les moments que vous passerez avec votre bébé n’auront pas de prix et vous reporterez toute activité non impérative pour passer chaque minute avec lui ;

– … cette liste n’est bien entendu pas exhaustive ! Il y a mille et un bonheurs par semaine qui vous attendent avec l’arrivée d’un bébé.

Pour terminer, je ne voudrais pas sembler « Neuneu » (j’assume pleinement mon côté fleur bleue), mais être maman a changé ma vie d’une façon que je n’imaginais même pas.

C’est la plus belle chose qui me soit arrivée dans la vie (avec mon mari bien sûr) et je remercie chaque jour le ciel de m’avoir offert une petite fille si merveilleuse.

Alors, à tous les détracteurs, moi je dis : être maman c’est génial ! C’est clair que c’est fatigant, éprouvant et stressant, mais je ne connais pas de plus grand bonheur sur cette terre que le sourire et les rires de ma fille.

Profitez donc de votre grossesse à fond et de chaque petit bonheur quotidien.

Ecoutez-vous et vous serez de supers mamans !

Publicités

2 réflexions sur “Devenir maman… tout ce qu’on ne nous dit pas

  1. De rien mon inconditionnelle J., c’est toujours un plaisir 🙂 J’ajouterais : vous ferez des siestes avec votre bébé collé contre vous et ça sera le bonheur absolu, vous vous éclaterez de rire quand on vous vomira/urinera/régurgitera… (j’en passe et des meilleures) dessus et vous ne serez pas dégoûtée (si si, je vous jure), vous vous musclerez sans même le savoir parce que monter les escalier et faire les 100 pas avec 5 kg dans les bras, c’est du sport 🙂

    J'aime

  2. J’ajoute :
    – Vous éclaterez de rire quand on vous régurgitera/vomira/urinera… dessus et vous trouverez même ça mignon.
    – Vous aurez une excuse en béton pour éviter une soirée ennuyeuse.
    – Vous ferez de l’exercice sans même le savoir parce que monter les escaliers 40 fois par jour et faire les 100 pas avec 5 kg dans les bras, c’est du sport! ☺

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s